© 2017 Création par nos soins

Newsletter

Nous trouver

Liens utiles

Enseignement Catholique

Diocèse du Havre

22 rue de Séry
76600 LE HAVRE

Tél  : 02.35.42.48.28

Pour recevoir régulièrement toute l’actualité de l'enseignement catholique du diocèse du Havre, inscrivez-vous à notre newsletter.

> EDUSCOL

> Éducation Nationale

>

>

>

>

>

Qui sommes nous ?

Le Projet de l’Enseignement Catholique du Diocèse du Havre s’enracine dans ce qui est déjà vécu, pour porter plus loin le dynamisme qui anime les établissements du Diocèse. Qu’il me soit permis de saluer ici l’effort des communautés éducatives qui, dans un climat serein de collaboration, font vivre la mission éducative de l’Église dans un réel souci des jeunes générations.


Depuis quelques temps, nous avons repensé l’organisation de l’enseignement catholique, le centrant davantage sur la réalité diocésaine, tout en garantissant les nécessaires collaborations régionales et académiques. Le statut promulgué par les évêques de France nous y incitait : « La mission éducative se réalise dans chaque école catholique et s’inscrit dans le territoire de chaque Église diocésaine. L’appartenance des établissements à la communion de l’Église se réalise au sein de l’Église particulière : le diocèse est le périmètre premier de l’Enseignement catholique ».
(art. 251). La vitalité de l’Enseignement Catholique diocésain est réelle, elle doit beaucoup à la collaboration confiante entre tous les acteurs, sous la responsabilité de Monsieur Hervé LECOMTE, Directeur Diocésain et qui, selon le statut, a aussi été nommé Délégué Épiscopal.


Je sais le souci de tous les acteurs de l’Enseignement Catholique pour mettre le jeune au cœur du dispositif pédagogique, éducatif et pastoral. Le « caractère propre », garanti par la loi Debré, continue de déterminer le cadre éducatif et les modalités d’ouverture de l’enseignement catholique à tous les élèves, sans esprit de sélection. (...)
Chaque établissement travaille avec un prêtre référent du diocèse. Cela assure les liens indispensables entre l’enseignement catholique et les paroisses, ainsi que les services diocésains (catéchèse, catéchuménat, pastorale liturgique et sacramentaire, pastorale des jeunes…). Les établissements catholiques d’enseignement ne sont pas des appendices de l’Église diocésaine. Ils s’efforcent de plus en plus, d’inscrire leur action dans le champ de la pastorale diocésaine des jeunes. Dans l’effort d’évangélisation des jeunes, son apport est précieux et indispensable.

† Jean-Luc BRUNIN,
Évêque du Havre.

 

Un projet diocésain est écrit et s’inscrit pleinement dans le cadre fixé par les orientations régionales de l’Enseignement Catholique, autour des trois axes suivants :


La personne :
• Permettre la réalisation de chacun en vue du bien commun (rechercher l’épanouissement et le développement de chaque personne, jeune ou adulte)


L’établissement scolaire :
• Faire de l’Établissement un lieu d’entrée dans la culture
• Rendre effective l’Annonce de l’Évangile.
• Faire de l’Établissement un lieu éducatif ouvert
• Faire de l’Établissement une communauté éducative vivante

• Assurer la sécurité et la gestion financière des établissements


L’Enseignement Catholique diocésain :
• Favoriser la cohésion et la responsabilité de chacun au sein de l’Enseignement Catholique diocésain.

CHOISIR L’ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE
Le choix des familles pour nos établissements se fait, pour la plupart, dans une recherche de «sécurité, de bienveillance, d’une éducation plus cadrée». Rares sont les parents qui mettent dans leur priorité, l’accent évangélique pour leurs enfants. Ils sont accueillis et acceptent le projet éducatif proposé par le chef d’établissement : Projet éducatif éclairé par l’Évangile.

Hervé LECOMTE

Directeur diocésain

de l'Enseignement Catholique

​​Dans l’Exhortation du Pape François « La joie de l’évangile », quatre règles sont évoqués par le Saint Père que nous pouvons relier avec le « ré enchantement de l’école » prôné par le secrétariat général de l’Enseignement catholique (règles que nous pouvons d’ailleurs retrouver dans l’exhortation sur la famille) :


1. L’unité est supérieure au conflit.
On retrouve l’idée de communauté, des relations des personnes autour du projet commun.
La communauté, c’est être ensemble et non pas seulement faire ensemble.
Les différences doivent produire quelque chose de commun.


2. La réalité est supérieure à l’idée.
L’idée est centrale mais il ne faut l’absolutiser. La réalité peut parfois déplacer l’idée.


3. Le temps est supérieur à l’espace.
A relier au terme « Explorer » : place à la nouveauté.
« Il faut initier des processus plutôt que posséder des espaces ».
Il faut avoir le courage d’initier des projets (le temps, lui, ne s’approprie pas)


4. Le Tout est supérieur à la partie.
Dans le Tout il n’y a pas simplement une agrégation des parties mais il y a des relations entre ces
parties, et c’est pour cela que le Tout est supérieur à la partie.
On retrouve la définition du « Partage »
Que met-on en commun ?

C’est à partir de ces règles et concepts précédents qu’il faut lire ce document qui ne peut pas être complet.


Quelques questions notamment resteront à travailler, à affiner :

 

  • Comment nos modes de gouvernance sont-ils ajustés à notre projet ?

  • Comment nos fonctionnements font ils place à l’engendrement et à la création ?